UA-90309652-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 juin 2013

Une rumeur, la menace d’une plainte…et si la concertation retrouvait sa place ?

Fin mai, la municipalité nous informait d’une rumeur mettant en cause le respect des normes « sécurité – incendie » dans les locaux d’accueil du Centre de Loisirs pour enfants (ex école maternelle) et de sa possible intention de déoser une plainte pour diffamation.

REGLEMENTATION DES EQUIPEMENTS RECEVANT DU PUBLIC.

Pour informer le public du respect des procédures et des conditions d’utilisation (capacité d’accueil), le Maire ne peut se contenter de tenir les dossiers à disposition du public en mairie.

Il doit apposer à l’entrée une attestation conforme au document CERFA 20 – 3230, précisant le type, la catégorie, la capacité d’accueil de l’établissement, la date de visite de la commission de sécurité et la date d’ouverture au public.

En matière de sécurité, le principe de la réglementation veut que l'information vienne à l'usager et non l'inverse.

LA SOLUTION : DES RELATIONS PLUS FREQUENTES ET PLUS ATTENTIVES ?

Une rumeur n’est-elle pas la conséquence d’une insuffisance d’échanges entre les parents usagers et les élus ? Les « non dits », les sujets tabous engendrent un terrain propice aux rumeurs.

Déjà en novembre 2012, le Dialogue Messipontin rapportait des propositions de parents pour améliorer le fonctionnement du service à l’enfance et notamment ces relations trop épisodiques parents – élus.

La menace d’un dépôt de plainte ne peut rien résoudre et vous êtes nombreux à exprimer le souhait de plus de rencontres, pour plus d’explications, et parfois plus d’écoute. 

 

Consultez notre article : Sécurité des bâtiments, une rumeur évitable..pdf

08:05 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.