UA-90309652-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 septembre 2013

L'ouverture du CHRU prévue d'ici un an.

Le nouveau CHRU sud arrive à grand pas. Les journalistes du Courrier Picard y consacrent un article pour faire un point d'étapes.

Ses caractéristiques sont dorénavant bien connues et en feront un des plus grands d'Europe.

Sa proximité présentera pour notre commune tant d'atouts que de désagréments.

Il sera un bassin d'emploi et une offre de services médicaux à notre porte.

Mais à ce jour, aucune solution viable n'a été proposée pour canaliser les flux de véhicules qui envahiront Pont de Metz et Salouël.

 L'article paru dans le journal du Courreir Picard : CP 17 09 2013.pdf

L'article paru sur le site du Courrier Picard du 17 septembre 2013 :

Le nouveau CHU d'Amiens ouvrira dans un an

PUBLIÉ LE 17/09/2013

Par TÉRÉZINHA DIAS

| ÉQUIPEMENT |

Les travaux du CHU d'Amiens-Picardie avancent. Mi-2014, l'ensemble de ses activités seront regroupées sur un même site organisé autour de trois plots d'hospitalisation.

 

Le chantier n'est pas en retard, on pense pouvoir tenir les délais mais aussi l'enveloppe budgétaire (Ndlr : 630 millions d'euros) », précise Catherine Geindre, directrice du centre hospitalier universitaire (CHU) d'Amiens. Un chantier colossal - le plus important actuellement en termes de réalisation architecturale hospitalière - qui donnera naissance au milieu de l'année 2014 au tout nouveau CHU d'Amiens-Picardie regroupé sur un seul site opératoire au Sud.
 

1 UN NOUVEAU BÂTIMENT.

Il s'agit du bâtiment principal qui représente quelque 120 000 m² de construction neuve. Les travaux de finition se poursuivent et s'achèveront à la fin de cette année avant l'aménagement des locaux et le réglage des équipements neufs puis, l'accueil des premiers patients dans moins d'un an. Il sera la colonne vertébrale de ce grand CHU qui, d'ici 2016, regroupera ses quatre sites de médecine, chirurgie et obstétrique actuellement répartis dans l'agglomération. Il s'organisera autour de trois plots d'hospitalisation de 400 lits chacun avec, sur une seule partie du bâtiment neuf, l'installation de l'ensemble du plateau médico-technique.
 

2 LES TRANSFERTS.

« 2012 a été une étape charnière avec tout un travail sur la localisation des services et le contenu de ce nouveau bâtiment sachant que certaines spécialités ne peuvent pas être éloignées du plateau technique », souligne Catherine Geindre. Il y a aussi l'actuel hôpital Sud (le bâtiment Fontenoy, 52 000 m²) qui doit être réhabilité à partir de 2014. En attendant la fin des travaux, prévue en 2016, les services qui le constituent seront provisoirement répartis entre le nouveau bâtiment, le centre Saint-Vincent-de-Paul et l'hôpital Nord. « On sait aujourd'hui quelles sont les activités qui investiront dès l'an prochain leur nouveau service et quelles sont celles qui seront relocalisées le temps de la rénovation. » L'opération, extrêmement délicate, prendra six semaines et devra être bien séquencée en amont.


3 L'HÔPITAL NORD EN TRANSITION.

Les secteurs qui ont le plus souvent recours au plateau technique (les urgences, les blocs opératoires et les réanimations) intégreront les premiers leurs nouveaux locaux. Mais l'hôpital Nord ne deviendra pas un « désert isolé » avant 2016 : le transfert de ses services de chirurgie dans le nouveau bâtiment au Sud d'Amiens va lui permettre d'accueillir provisoirement certains services de médecine et d'hospitalisation, le temps des travaux dans le bâtiment Fontenoy qui durera jusque 2016.
« Tout délocaliser dans le Nord le temps des travaux au Fontenoy aurait été non seulement trop difficile humainement mais aussi inadapté économiquement », précise encore la directrice du CHU.
 

4 MOINS D'HOSPITALISATION.

C'est l'un des objectifs du nouveau CHU : passer d'un taux de 28 à 40 % en chirurgie ambulatoire. « C'est une vraie demande des patients qui souhaitent éviter au maximum l'hospitalisation et rentrer chez eux dans la journée lorsque cela est possible. Ce nouveau bâtiment disposera d'un secteur de 29 lits dédiés afin de favoriser ces prises en charge sans hospitalisation » , précise Walid Ben Brahim, chef de projet.

TÉRÉZINHA DIAS


EN CHIFFRES

3 plots architecturaux d'hospitalisation de 400 lits chacun (1 238 lits et places).
75 % de chambres individuelles dans les bâtiments neufs.
175 salles de consultations.
3 100 places de parking.
Le plateau technique :
30 salles d'opération réparties, 2 hélistations dont 1 en terrasse, 52 lits de réanimation, un service de néonatalogie niveau 3,
4 scanners, 2 IRM minimum, 5 salles d'imagerie,etc.

07:17 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.