UA-90309652-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 octobre 2013

Renégocier l'emprunt de la construction de l'école, la chance est passée ?

Les taux de crédit immobilier, extrêmement bas du début d'année 2013 sont révolus. Même légèrement, actuellement les taux augmentent progressivement et rendent improbable la renégociation de l'emprunt contracté pour la construction de notre école.

Celui-ci a été voté le 20 février 2007 en Conseil Municipal. Il a été souscrit auprès de Dexia pour une durée de 32 ans et 2 mois, à un taux fixe de 4.51% alors relativement attractif.

Son remboursement engage donc la commune jusqu'en 2040, à quelques mois près. C'est 110 000€ que la commune verse chaque mois de janvier pour amortir cet emprunt dont le capital restant du aujourd'hui est approximativement de 1 640 000€.

La renégociation d'un emprunt doit permettre des économies sur les intérêts. Elle s'accompagne généralement d'une pénalité de 3% du capital résiduel estimés donc à 50 000€ pour notre cas. Cette somme importante est à lisser sur la durée du nouvel emprunt et doit s'amortir avec les économies réalisées sur les intérêts.

Pour profiter de cette brève période favorable, le conseil municipal et notamment l'adjoint aux finances, auraient du être très réactifs et réagir sans tarder à la fin de l'hiver dernier. C'est à cette période que nous avions le maximum de chances d'améliorer les conditions de cette dette.

A titre d'exemple, nous pouvons estimer un gain d'environ 100 000€ pour une diminution du taux à 4%.

Ce n'est que lors des "questions diverses" du conseil Municipal du 22 mai dernier, qu'un conseiller municipal soulevait la question. Un autre conseiller référent en la matière n'ayant pas le temps de "s'occuper de ce dossier avant fin juin"... laissant ce dossier s'attarder.

Aujourd'hui, à l'issue du Conseil Municipal du 24 septembre, seule la Caisse d'Epargne a répondu à l'appel d'offre lancé par la commune, avec malheureusement une proposition insuffisante.

Le manque d'intérêt des banques sur cette demande de re-financement découle du faible écart entre le taux de notre emprunt et ceux actuellement appliqués. Elle révèle également la confiance limitée des banques en raison de la précarité budgétaire de notre commune.  

18:28 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.