UA-90309652-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 juillet 2017

Un couple vit sous la tente au prè du moulin.

Sans en connaitre la réalité, il est toujours difficile de porter un éventuel avis sur ce qui a pu mener ce couple au prè du moulin.

Avec les problèmes d'hygiène, de sécurité et d'humanité que l'on peut imaginer, une telle situation doit trouver une issue rapide, pour le bien être ce chacun. 

 

COURRIER PICARD DU 25 07 2017 SOCIÉTÉ

Après l’expulsion la vie sous une tente à Pont-de-Metz

Depuis bientôt un mois, Frédéric Rojewski et son amie vivent sous une tente dans un parc de Pont-de-Metz.
Depuis bientôt un mois, Frédéric Rojewski et son amie vivent sous une tente dans un parc de Pont-de-Metz.

Depuis bientôt un mois, Frédéric Rojewski et son amie Lysiane Pruvost vivent sous une tente dans un parc de Pont-De-Metz. Une descente aux enfers qui ne date pas d’hier. Tous deux ont été expulsés, le 1er avril dernier, d’un logement de la SIP (Société Immobilière Picarde) boulevard de Guyencourt à Amiens. «  On a toujours payé nos factures, mais on nous reprochait des nuisances sonores », confie Frédéric, 51 ans, qui a vécu de petits boulots et qui, aujourd’hui, est au RSA.

«Après l’expulsion, ils se sont retrouvés avec leurs meubles dans un garage du centre-ville d’Amiens. «  On a réussi à avoir un contrat de location de six mois. C’était aussi l’occasion de mettre à l’abri tous nos meubles  ». Mais deux mois plus tard, un terme a été mis au contrat et le couple s’est à nouveau retrouvé à la rue. Cette fois-ci sans ses meubles qui ont été déposés à même le trottoir. «  On avait plus d’endroit où les mettre. Ça m’a fait mal au coeur que des gens viennent les prendre sous nos yeux. Maintenant, on n’a plus rien hormis notre tente  », soupire Lysiane, 47 ans.

Les jours qui suivent vont être terribles avec quelques nuits derrière la piscine du Coliseum, ou à proximité de la Maison de la Culture. «  La police nous a fait comprendre que l’on n’avait rien à faire là et nous demandait de quitter les lieux. On ne savait plus où dormir  ». C’est dans un parc à la sortie de Pont-de-Metz que ce couple SDF s’est rabattu sous une tente, avec un ami rencontré dans la rue. Ils peuvent compter sur la générosité de riverains et surtout de membres d’une paroisse d’Amiens qui leur ramènent des habits et de la nourriture.

«  Ce n’est pas une vie, mais on essaie de ne pas sombrer. On va chercher de l’eau dans un ruisseau tout proche, notamment pour le linge et la toilette. On achète aussi des lingettes pour l’hygiène  », poursuit Frédéric Rojewski. Il aimerait que cette situation ne soit que temporaire et prétend être en contact avec les services de l’OPAC. «  Je n’arrête pas de les appeler pour obtenir un logement en urgence. Mais on me dit d’attendre le passage en commission car il n’y a rien pour l’instant  ». En attendant, le couple ne peut être hébergé dans les foyers de la ville car il est accompagné d’un chien, dont il ne veut pas se séparer et qui est bien sûr interdit en foyer.

Ce que demandent juste ces deux SDF, c’est un F1. «  On a le RSA, on peut payer pour un petit logement. Et on n’est pas exigeant, on peut nous installer aux quatre coins de la ville, même aux alentours. Ce qu’on souhaite, c’est juste être à l’abri  ». Un couple qui devra repartir à zéro car tout le mobilier a été perdu. «  On va devoir racheter un canapé, un micro-ondes, une machine à laver, un téléviseur… car on nous a tout pris  ».

« Il a refusé tout hébergement d’urgence »

À la SIP, la situation de M. Rojewski est connue. Le bailleur social confirme bien que le locataire a quitté son logement le 1er avril dernier. Mais à l’époque, il vivait seul dans le logement. «  La procédure d’expulsion a duré plus de deux ans. Mais ce monsieur est parti de lui-même avant même l’expulsion  », précisent les services de la SIP. «  Il a refusé tout hébergement d’urgence car il voulait absolument une maison  ».

En guise de maison, c’est sous une tente qu’il vit aujourd’hui en compagnie de son amie


 

19:45 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire