Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 juin 2018

L'Assemblée Générale de La Messipontine.

La Messipontine tiendra son assemblée Générale ordinaire et Extra-ordinaire, vendredi 29 juin à 19h au restaurant "Le Cottage" à Dreuil les Amiens.

17:09 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Acti-Gym en Assemblée Générale.

Acti-Gym tiendra son Assemblée Générale, ce vendredi 22 à 18h30, salle du Pré Delacour.

17:07 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Ce sera la fête ce samedi 23 juin !

Si pour la première fois depuis des décennies, notre commune n'a malheureusement pas accueilli sa traditionnelle fête foraine, ce Samedi, vous pourrez profiter de plusieurs animations successives à la salle des fêtes et au parc des sports :

* La fête de l'école et ses spectacles, dès 11h pour les maternelles et CP, et à 15h30 pour les primaires.

* La fêtes des associations à partir de 17h avec diverses présentations et animations.

* Le repas champêtre à 20h.

* Le Feu de la Saint Jean vers 23h.

Nous vous y espérons nombreux.

 

16:55 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Projet de résidence rue du chateau, sur le site OPF.

 

Ce 1 juin, une réunion publique a permis aux riverains de prendre connaissance du projet de résidence inter-générationnelle prévue sur le sîte OPF.

Ce projet, qui intéresse probablement les autres habitants également, est innovant et attractif par plusieurs aspects mais présente malheureusement 2 points noirs qui n'auraient pas du exister, le stationnement et l'abandon de l'élargissement du trottoir.

Consulter le compte rendu de la réunion publique : Réunion publique du 01 juin 2018.pdf

ESQUISSE DE L’AMENAGEMENT DE LA PARCELLE.2 Implantation sur parcelle.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15:37 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

La fête des péri-scolaire est annulée.

La traditionnelle fête des structures péri-scolaire (centre de loisirs) prévue le jeudi 28 juin est annulée.

14:56 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

mercredi, 06 juin 2018

L'atelier Peinture et terre expose.

Les peintres de l'association vous présenteront leurs oeuvres ce samedi 8 et dimanche 9 juin à la salle des fêtes.

Le vernissage de l'exposition se fera le vendredi 7 à 19h.

L'entrée est gratuite, alors venez nombreux admirez toutes ces techniques de peinture.

12:11 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

La prévention contre le frelon asiatique dans la Somme.

Après l'Aisne et l'Oise, le frelon asiatique s'installe dans notre département de la Somme. La préfecture prend les devant avec un plan de prévention innovant en France.

 

ENVIRONNEMENT

Un plan dans la Somme contre le frelon asiatique

Par Le Courrier Picard | Publié le 05/06/2018

 PARTAGER  TWITTER Le journal du jour à partir de 0.75€

D’une taille de 3 cm, le frelon asiatique aux pattes jaunes, a un cercle jaune sur le premier segment de l’abdomen et une dernière partie jaune orangée.

La préfecture de la Somme diffuse depuis lundi 4 juin, le premier plan d’action en France pour lutter contre le frelon asiatique. «  Détectés dans le département de la Somme courant 2014-2015, les frelons asiatiques continuent de proliférer. Cette espèce représente un risque de sécurité publique et un danger pour l’environnement. Elle est classée dans la liste des dangers sanitaires pour l’abeille domestique  », confirme la préfecture.

Les interventions contre le frelon asiatique sont en hausse dans la Somme, au nombre de quinze recensées en 2017. Un protocole d’action est mis en place pour identifier les nids et définir le rôle des acteurs concernés dans le processus de destruction.

Le nid du frelon asiatique se situe généralement dans les arbres à des hauteurs d’une quinzaine de mètres. Son trou d’entrée est situé sur le côté, quand il est en dessous pour le nid de frelons européens.

Dans la Somme, «  les opérations de destruction sont confiées exclusivement au service départemental d’incendie et de secours, Sdis80, qui intervient à l’aide d’un pistolet insecticide longue portée qui n’impacte pas l’environnement  », précise également la préfecture, après l’identification du nid par le Groupement de défense sanitaire des abeilles de la Somme (GDSA80). «  Les interventions des professionnels sont totalement gratuites, tant sur le domaine privé que public. Il ne faut jamais intervenir seul, c’est une espèce dangereuse  », rappelle enfin la préfecture. En cas de situation d’urgence, composer le 18.

En cas de suspicion, appeler le service interministériel de défense et de protection civile de la préfecture de la Somme (7 jours sur 7, 24 heures sur 24) au 03 22 97 80 80. Tout signalement peut être fait sur pref-defense-protection-civile@somme.gouv.fr.

 

11:58 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

samedi, 02 juin 2018

Amiens Métropole se saisit de la prévention face aux intempéries.

Les intempéries et les caractéristiques géologiques dépassent l'échelle d'un village. La métropole qui a vu plusieurs de ses communes touchées cette semaine, veut initier une réflexion pour déterminer les actions de préventions à mener sur son territoire.

Cette démarche apparaît indispensable pour que les communes concrétisent des décisions grâce aux enseignements de ces phénomènes qui ne sont pas nouveaux et s'accroissent inexorablement.

Cette semaine, plusieurs messipontins sinistrés ont regretté l'absence d'intervention suite aux aléas subis en 2017.

 

 INTEMPERIES

Orages et coulées de boue : et que fait-on maintenant dans la Métropole d’Amiens ?

La ferme d’Alain Carpentier a été envahie par des billes de bois venues de très loin en amont.
La ferme d’Alain Carpentier a été envahie par des billes de bois venues de très loin en amont.

Impossible pour les élus de tenir ce nouveau conseil d’Amiens Métropole jeudi soir sans évoquer le sort des habitants de la Métropole, touchés cette semaine par les violents orages qui se sont abattus dans la région« Je redis tout mon soutien et ma compassion aux victimes de ces inondations. J’ai vu, notamment à Cardonnette, des gens désespérés et touchés à trois reprises par ces orages. À Bertangles, la station d’épuration est devenue un véritable lac submergé par l’eau », a réagi Alain Gest, président de la Métropole (LR).

À Bertangles en effet, la commune est encore sonnée après la coulée de boue survenue dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 mai. Des caves, des sous-sols ont été envahis par la boue, l’école inondée, des hectares de terres dévastés par un courant charriant boue et bois… Dégât le plus spectaculaire : la station d’épuration, aujourd’hui à l’arrêt. Jeudi, les services d’Amiens Métropole étaient sur place pour nettoyer les routes, désembourber le réseau d’assainissement et remettre en service cette station.

Une « double lame » à Bertangles 

Un triste spectacle auquel ont assisté, démunis, les habitants : « Le mardi 22 mai, la boue s’était déjà accumulée en face de chez moi ; elle venait déjà de la route de Montonvillers et des champs vers Villers-Bocage. J’ai alerté la mairie, lui demandant d’intervenir. Rien n’a été fait, et la deuxième vague a emporté la première avec elle. Cela fait des années que ce phénomène existe et que je le dénonce. La commune a réalisé des saignées ailleurs, mais pas ici. Pourquoi ? », interroge Alain Carpentier, un habitant qui réside au point bas du village, rue du Moul, par ailleurs en conflit avec le maire qui, lui, dit n’avoir jamais vu cela.

Vers la fin d’une compétence communale ?

Ces inquiétudes et ces interrogations, la Métropole les entend aujourd’hui, elle qui compte depuis le 8 février dernier huit nouvelles communes dans ses rangs, dont Cardonnette. « Les services d’Amiens Métropole ont su réagir et être aux côtés des communes alors que cela ne relève pas de sa compétence. Aujourd’hui, une réflexion doit être engagée pour savoir comment éviter de tels drames à l’avenir, car les moyens des communes ne sont pas dimensionnés pour faire face à ce genre de situation », a souligné Alain Gest, qui devrait évoquer cette question fin juin avec les maires de l’ensemble de la collectivité. « Il nous faut voir si des études de travaux ne doivent pas être réalisées pour justement prévenir tous ces drames. Et, deuxième chose, nous poser la question de savoir si c’est une bonne chose de maintenir au niveau communal cette compétence. » Si les maires de la Métropole vont dans son sens, la compétence « Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations » pourrait revenir à la Métropole, comme c’est déjà le cas pour « les plans neige » en hiver.

 TÉRÉZINHA DIAS ET BENOÎT DELESPIERRE

 

09:35 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

vendredi, 01 juin 2018

Après les dégâts, l'heure des assurances et des experts.

Si la commune a déposé une demande de reconnaissance de catastrophe naturelle, chaque sinistré doit prendre en main ses démarches pour être indemnisé.

 

INTEMPÉRIES

Après les orages dans la Somme, le temps des démarches

En attendant l’expert, voici les conseils d’un assureur pour ne pas aggraver le sinistre.

Par Gael Rivallain | Publié le 30/05/2018

partager twitter Le journal du jour à partir de 0.75€

Comme ici à Cardonnette, au nord d’Amiens, les jardins ont servi de zone de séchage des biens noyés.

Après les orages… la rage. Dans les villages touchés par les intempéries à répétition, nombre de sinistrés s’exaspèrent de ne pas réussir à joindre leur assurance. «  Le rôle de l’assureur, c’est de vendre un contrat. Mais d’être là aussi dans les mauvais moments, en cas de sinistre  », rappelle pourtant sans détours François Detail, professionnel à Amiens et trésorier de la chambre professionnelle des agents généraux en Hauts-de-France, dont les 300 référencés en Picardie, il est vrai, ne manquent pas de travail en ce moment.

«  Je ne peux que conseiller de s’acharner pour le joindre, par téléphone ou en se rendant directement à l’agence  », encourage l’assureur. En attendant la visite d’un expert, «  il faut tout mettre en œuvre pour éviter que le sinistre s’aggrave. Il s’agit par exemple d’éviter que l’eau stagne ou de couvrir d’une bâche la toiture »., conseille-t-il en tout cas. D’autant que la météo pourrait jouer des siennes dans les jours à venir.

Cinq jours pour prévenir « à partir de la connaissance du sinistre »

L’assuré doit également vérifier ce qui est garanti dans son contrat, souvent différent de ceux de ses voisins. «  Les événements climatiques le sont généralement, mais pas toujours les ruissellements  », illustre ainsi François Detail. Tout en le rappelant : un locataire a l’obligation de s’assurer, mais pas un propriétaire.

Lire aussi L’UNICEF appelle les jeunes à se mobiliser suite aux dégâts des orages

L’assuré doit prendre des photos et recenser le plus précisément possible ses dommages. «  Et ne pas hésiter à faire sécher ce qui peut l’être. Un expert sera toujours capable d’évaluer l’ampleur des dommages, même après avoir été nettoyés  ».

En règle générale, les sinistrés ont entre quatre et cinq jours pour prévenir leur assureur, «  à partir de la connaissance du sinistre. Ce qui peut laisser un peu de temps  », note François Detail. Une précision utile, notamment pour les résidences secondaires.

En cas de déclaration de l’état de catastrophe naturelle, un nouveau délai de 10 jours après publication du texte au Journal officiel est ouvert pour signifier son sinistre. Cet arrêté des pouvoirs publics «  est nécessaire pour permettre aux assurés détenteurs d’une multirisques d’être indemnisés pour les événements naturels d’intensité anormale non assurable  », rappelle la Fédération française de l’assurance (FFA).

Selon un décompte obtenu de la préfecture de la Somme, à la date de jeudi, 13 communes avaient déjà adressé une demande pour un tel classement. Et une quinzaine d’autres avaient sollicité des conseils pour leur dossier. La commission interministérielle ad hoc se réunit une fois par mois, pour examiner les requêtes.

Au total, 82 communes de la Somme ont été impactées par les orages en début de semaine – 29 dans la nuit de dimanche à lundi et 61 dans la nuit de lundi à mardi- sachant que plusieurs comme Beauval, Cardonnette, Huppy ou Pont-de-Metz ont pu être inondées deux fois.

Gaël Rivallain

12:15 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Des orages exceptionnels sur Pont de Metz

Un an après un précédent épisode orageux, la commune a de nouveau vécu des orages encore plus exceptionnels, des sinistrés, des dégâts, la fermeture temporaire de l'école...et de la solidarité !

Visionnez une vidéo prise rue de la Cateuse.

 

Des dizaines de sinistrés après le violent orage à Pont-de-Metz

L’orage a fait de gros dégâts, dans la nuit de dimanche 27 à lundi 28 mai avec des inondations et coulées de boue. Maisons, école et centre de loisirs n’ont pas été épargnés.

Par Le Courrier Picard | Publié le 28/05/2018

partager twitter Le journal du jour à partir de 0.75€

Une majorité d’habitants de Pont-de-Metz a vécu une nuit particulièrement agitée dimanche 27 mai. Un violent orage s’est abattu peu après 1 heure du matin dans cette commune située au sud-ouest d’Amiens.

L’orage a causé de nombreux dégâts dans des rues de la commune. Contraignant même certains habitants à passer la nuit dehors pour sauver ce qu’ils pouvaient.

Dans la rue de l’Eau, c’est un véritable torrent qui a déferlé sur la chaussée, l’eau et les coulées de boue se déversant dans les garages, les caves et certaines maisons.

«  Au début, il y avait 80 cm d’eau dans le garage et ensuite on a eu droit à au moins 10 cm de boue. À 2 heures, on était dehors avec les pompiers. La boue, c’est horrible, il faut tout nettoyer sachant qu’on a perdu beaucoup de choses avec ces violentes intempéries  », souligne un riverain qui habite non loin du centre d’accueil et de loisirs Le Petit terroir qui était encore envahi par la boue lundi 28 mai dans la matinée, malgré les efforts du personnel et des sapeurs-pompiers.

«  J’ai entendu du bruit. C’était l’eau qui entrait par le sous-sol et renversait des objets  »

Une autre habitante se remémore chaque instant de cette nuit. «  Il y a d’abord eu de la pluie comme on en a l’habitude, puis il y a eu la grêle et une pluie continue. On a eu une coupure d’électricité et je me souviens avoir entendu du bruit dans la maison. C’était l’eau qui entrait dans le sous-sol et qui renversait des objets. Quand mon mari a voulu descendre, il m’a dit que c’était impossible car le niveau d’eau était monté jusque dans les escalier ».

Cette femme habite maintenant depuis plus de 40 ans à Pont-de-Metz et avoue n’avoir jamais vu un tel événement météorologique. Un peu plus loin, un autre riverain n’en croit toujours pas ses yeux. «  On avait 5 à 6 stères de bois dans le jardin et tout a été dévasté par les eaux. Au plus fort, c’est bien monté jusqu’à 1,8 mètre ».

Les parents d’élèves prévenus par SMS

Dans les rues de la Cateuse, du Terrain, du Château, à proximité de l’église... les dégâts sont considérables. Le groupe scolaire a été contraint de fermer ses portes et rien ne dit encore s’il pourra rouvrir ce mardi matin. La boue a envahi toutes les salles de classe et l’opération de nettoyage pourrait prendre du temps. Les parents d’élèves ont été prévenus par SMS, lundi dès 5 heures, que les cours ne pourraient pas être assurés.

«  On n’a pas dormi de la nuit. Quand le jour s’est levé, on a vu le désastre. Maintenant, il faut pomper, nettoyer, contacter les assurances, vérifier si la voiture roule encore... ça ne se réglera pas en une journée », enchaîne un retraité, un tuyau d’arrosage à la main.

« Une bonne réaction des services et des administrés »

«  On n’a jamais connu ça et même les anciens n’ont jamais entendu parler de ce type d’événement  ». Loïc Bulant, le maire de Pont-de-Metz n’en croyait pas ses yeux lundi matin en découvrant ce triste spectacle. « Il y a 10 ou 12 maisons qui risquent d’être inhabitables dans l’immédiat car elles ont récupéré jusqu’à 50 cm de boue  ». Les maisons les plus touchées se situent à proximité du centre de loisirs. Ce sont les champs voisins de la commune qui ont provoqué les coulées. «  Avec les orages de ces derniers jours, les champs n’ont pas pu absorber toute l’eau. Des bordures ont cédé et la boue s’est engouffrée dans la commune  ». Les sapeurs-pompiers ont été à pied d’œuvre dès 2 h 30 et la police municipale a bloqué plusieurs routes afin que des véhicules ne s’y engagent pas. Un talus s’est effondré à proximité de l’église et a été mis en sécurité. Vers 5 h 30, les secours ont pu compter sur le renfort du service nettoiement d’Amiens Métropole. «  Il y a eu une bonne réaction de la part de tous les services et de nombreux administrés sont venus nous voir pour donner un coup de main  », poursuit le maire qui craint que l’école ne puisse pas rouvrir ce mardi matin.

Christophe Berger

 

 

12:12 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |