Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 14 novembre 2018

Harcèlement du personnel. Manifestation de la CFDT devant la Mairie ce 14 novembre.

Le Courrier Picard a couvert l'évènement (lire CP du 15 11 2018).

Nouvelles plaintes d’agents municipaux à Pont-de-Metz

La CFDT et les agents en souffrance ont mené une action ce mercredi matin devant la mairie de Pont-de-Metz.
La CFDT et les agents en souffrance ont mené une action ce mercredi matin devant la mairie de Pont-de-Metz.

Il y avait de l’animation, ce mercredi matin devant la mairie de Pont-de-Metz, où le syndicat CFDT a organisé un rassemblement pour soutenir des agents municipaux en souffrance. Parmi eux, un employé a déjà déposé plainte en gendarmerie pour harcèlement et discriminations. Quatre agents doivent en faire autant d’ici à la fin de la semaine.

Le dossier remonte à début octobre lorsqu’un élu de l’opposition, Claude Thuilliez, constate que sur les 21 agents municipaux de la commune, onze étaient en arrêt maladie. «  Le 15 octobre, en séance du conseil municipal, j’ai abordé le sujet et le maire (Loïc Bulant) m’a répondu qu’il n’y avait pas de souci, qu’il s’agissait juste de quelques bobos.  » Sauf que quelques jours plus tard, ce même élu apprend qu’un agent des services techniques a déposé plainte pour harcèlement et manquement aux conditions de sécurité.

Et comme pour compliquer un peu plus la situation, quatre autres agents, également des services techniques, envisagent donc de déposer plainte eux aussi. À chaque fois, c’est l’adjoint au maire chargé des travaux qui est mis en cause par les plaignants. «  On demande à ce que la situation soit traitée en urgence et que des conditions de travail correctes soient rétablies en mairie  », poursuit Claude Thuilliez.

De son côté, Alexandre Boutte, membre du bureau régional de la CFDT, a été reçu le 9 octobre par Loïc Bulant. «  On a discuté pendant plus d’une heure. On lui a fait part du dépôt de plainte d’un agent et signalé le nombre conséquent d’arrêts maladie. En réponse, il minimise les faits. Sauf que maintenant, quatre autres agents se sont rapprochés de notre syndicat et vont aussi déposer plainte pour des faits similaires de la part de l’adjoint chargé travaux et d’un chef de service, le tout cautionné par Monsieur le maire.  » Depuis, le syndicat et le maire n’ont pas renoué le dialogue. Ce mercredi matin, au cours de la manifestation, les portes de la mairie sont restées fermées. Joint hier après-midi, le maire a expliqué qu’il n’avait aucune déclaration à faire à la presse.

« Il faisait tout pour nous rabaisser »

Au cours de la manifestation, la plupart des agents en arrêt de travail s’étaient mobilisés, dont Pascal Guilbert, le premier employé à avoir déposé plainte. «  J’ai fait un burn-out sur mon lieu de travail. Durant trois ans, j’ai subi les pressions psychologiques de l’adjoint au maire chargé des travaux. On me donnait des consignes, et quelques instants plus tard, on me demandait de faire l’inverse. L’adjoint me parlait très mal, sans respect, et faisait tout pour nous rabaisser. Quand on a accumulé ça pendant trois ans, on pète un câble. Leur punition, c’était de nous mettre seul dans un coin de la commune avec une pelle et un sac, et de nous déplacer quand bon leur semblait  », confie l’agent, actuellement en accident de travail et suivi par un psychiatre.

Du mal-être aussi pour Véronique Sannier, qui travaillait aux espaces verts. «  Je suis en longue maladie suite à une dépression. Ça fait trois ans que ça dure. On m’avait mise toute seule sur des chantiers assez durs, on était très surveillés et on nous donnait des ordres sur un ton très directif. Ça allait même jusqu’à nous traiter de fainéants.  » Elle aussi entend aller déposer plainte ce samedi contre l’adjoint au maire chargé des travaux.

 

 CHRISTOPHE BERGER

19:12 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | |

Écrire un commentaire