Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 décembre 2018

La presse commente le Conseil Municipal du 11 décembre.

Le COURRIER PICARD - PONT-DE-METZ

Profond malaise au conseil municipal

Au sein du personnel communal, ici en action au cours des inondations de mai dernier, le malaise semble profond.

Le conseil municipal de mardi soir a tourné autour de la gestion du personnel communal. Et ce soir-là, bon nombre d’élus - et même de la majorité - ont émis bien des réserves par rapport à la situation actuelle, avec une recrudescence des arrêts de travail et surtout trois plaintes déposées par des agents, notamment pour harcèlement, à l’encontre du maire, de l’adjoint aux travaux et d’un chef d’équipe.

Le maire, Loïc Bulant, sous l’œil attentif de son avocat, a tenté de donner des explications sans vraiment convaincre. « Un élu via son blog et un représentant de la CFDT font état de plaintes à l’encontre du maire, de l’adjoint aux travaux et de responsables en mairie. Aucune des personnes incriminées n’a eu connaissance du contenu des plaintes. ». Le maire met en doute le premier agent qui a déposé plainte et qui, à ce jour, n’aurait donné aucune justification par rapport à son arrêt maladie.

Deux adjoints lâchent le maire

Il démonte aussi les dires de l’élu d’opposition, Claude Thuilliez,  : « Vous annoncez le taux effarant de 50 % d’arrêts de travail. Sur les 20 agents titulaires et 13 non titulaires, il y a sept arrêts de longue durée, une salariée en congé maternité et un salarié en arrêt maladie. Cela représente 27 %, on est loin de votre compte. » Un maire qui se plaint aussi de la manifestation organisée par la CFDT, courant novembre, et qui, selon lui, n’était pas déclarée en préfecture. Il évoque aussi ce jour-là des insultes à l’encontre des agents en service. Avant d’ajouter  : « Si des plaintes sont enregistrées, le procureur de la République jugera s’il y donne suite ou pas. Aujourd’hui, le devoir de réserve et la prudence s’imposent. Le débat public n’est pas de mise. ».

 

Claude Thuilliez se fait porte-parole de l’opposition et de certains élus de la majorité  : «  L’aspect judiciaire n’est pas de notre compétence. La vraie question est de savoir comment considérer normal qu’il y ait 5 ou 6 agents en long arrêt, tous pour dépression. Comment se fait-il que nous ayons accès au contenu des plaintes et pas vous ? C’est un aveu d’échec, une volonté de ne pas entrer en contact avec les agents en souffrance. Je ne connais pas beaucoup d’entreprises avec un tel taux d’absentéisme, dans ce cas ce serait voué au dépôt de bilan. »

Il réclame un vote de confiance du bureau municipal par rapport à sa gestion du personnel.

Le maire s’y refuse tant que les faits ne sont pas avérés.

Loïc Bulant voit certains de ses adjoints s’éloigner, comme le premier adjoint, Alain Jauny, qui a lu un courrier de Régis Therry, un autre adjoint, qui évoque  : « des convocations du personnel dignes d’un autre âge, des traitements inégalitaires entre les agents. ». Ou cette anecdote  : «  un agent convoqué en mairie, car il avait pris une douche trop tôt un jour de canicule. »

Ou encore cet agent qui a été suspendu de ses fonctions, suite à une démarche de la commune, et qui, après un recours administratif, a obtenu un non-lieu. Le maire ne répond plus et attend que « les faits soient avérés. »

07:58 Écrit par Le Dialogue Messipontin | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | | Pin it! | |  del.icio.us | Digg! Digg

Commentaires

Bonjour aux Messipontins

Il est toujours délicat voire dangereux de prendre l'article d'un journaliste pour argent comptant..
L'avis d'un journaliste n'est jamais le reflet d'une pure vérité.. ce n'est qu'un certain avis.. et il est dangereux de l'utiliser comme pour ainsi dire une preuve, de ce qui a pu se passer dans les faits..
Dans ce genre d'affaires, il est bien souvent urgent de ne pas se précipiter, de prendre du recul.. et même si des responsabilités doivent être prises, elles doivent l'être par chacun à tous les niveaux.. Attention à ce qui peut être dit, les paroles de chacun peuvent avoir des conséquences..imprévisibles...

Lors du Conseil Municipal et au travers de l'article du Courrier Picard, on pourrait avoir l'impression que Claude THUILLIEZ et le Dialogue Messipontin sont également devenus les portes paroles d'Alain JAUNY et de Régis THERRY... En effet, même si Alain JAUNY a lu un communiqué au seul nom de Régis THERRY, Claude THUILLIEZ semblait parler au nom de l'ensemble de l'opposition, Alain et Régis compris.. il serait important de connaître la position des 2 intéressés..

Pour conclure, je pense que dans cette affaire, mon sentiment est partagé entre les différentes vérités des différents protagonistes...
Je ne connais certainement pas suffisamment l'ensemble de ce ou ces dossiers où tellement d'éléments entrent en jeu, pour avoir un avis tranché..
L'important est de toujours prendre beaucoup de recul vis à vis de ce genre de situation et de bien analyser tous les facteurs de part et d'autre..
Comprenons bien que chacun a ses responsabilités et que les solutions viendront toujours d'un consensus négocié de façon sincère et intègre...
Je pense honnêtement que ce conflit pourrait trouver une solution dans un tour de table si chacun y participe simplement avec de l'apaisement, de la bonne volonté, du respect, de la sincérité... et surtout sans huile à remettre sur le feu...

Bien cordialemnt

Écrit par : DUCANCHEZ | mardi, 18 décembre 2018

Les commentaires sont fermés.